A Song a Day : Mohammad Hossain Doai, “Babak” (santour) - Muziekpublique A Song a Day : Mohammad Hossain Doai, “Babak” (santour)
Rechercher :

10 years Muziekpublique

mardi 12 juin 2012

A Song a Day : Mohammad Hossain Doai, “Babak” (santour)

Daramad Dashti

Le musicien iranien Mohammad Hossain Doai – aussi connu sous le nom de Babak – joue le santour, un instrument de musique iranien, diffusé dans tout le Moyen-Orient appartenant à la famille des cithares sur table. Il s’agit d’un instrument à cordes frappées, tout comme le cymbalum ou le piano apparus plus tard, dont il est l’origine commune. On peut aussi le classer comme instrument de percussion mélodique. On en joue en effet à l’aide de deux petits marteaux (mezrab en persan) placés entre les doigts. Le santûr iranien a 72 cordes, disposées par chœurs de quatre sur 18 chevalets (kharak) mobiles placés sur une table d’harmonie trapézoïdale. Comme souvent Babak commence avec une improvisation pour aboutir à une composition propre dans la gamme (dastgāh) Dashti.

- Image : Rafael Serenellini, Justine vande Walle, Hind Addi
- Son : Jonathan Vanneste, Mathieu Alexandre
- Production : Jacoba Kint, Morgane Mathieu
- Coordination Technique : Mathieu Alexandre



Commentaires | Ajouter

Hide & Seek Festival !

22->28 août 2016 : Concerts du monde dans des lieux insolites de Bruxelles

Les lieux les plus surprenants et emblématiques de Bruxelles s’ouvrent à sept jours de concerts acoustiques pour le Hide & Seek Festival. Une expérience unique pour découvrir les musiques du (...)

>> Lire l'article

En route pour une nouvelle année de cours !

Inscriptions 2016-2017 à partir du 22 août

L’année 2015-2016 se termine tout doucement mais une autre se prépare. Nous tenions à féliciter une fois de plus les élèves et professeurs présents sur scène lors du End of Season du 11 juin dernier, le (...)

>> Lire l'article

Bilika (Baskeland) | Hide & Seek

Concert aux Archives de la Ville de Bruxelles

A l’ère de l’Internet, voici un lieu qui paraît bien suranné. Et pourtant, de nombreux historiens, doctorants, étudiants, employés communaux ou simples passionnés s’y croisent régulièrement. (...)

>> Lire l'article